Photographie d’architecture : Comment révéler un bâtiment par l’image ?

Lorsqu’on est photographe d’architecture professionnel à Lyon, les sujets à photographier ne manquent pas. Seulement, faire des photographies de bâtiments nécessite certaines connaissances techniques. Pour un rendu optimal de votre photographie d’architecture, certains points ne doivent pas être négligés. 

1. Bien choisir le sujet à photographier

Avant de photographier un bâtiment, vous devrez vous poser quelques questions : s’agira-t-il d’une photo d’intérieur ou d’extérieur ? De jour ou de nuit ? Dans quel cadre environnemental s’inscrit le sujet ? Ce travail de préparation vous permettra alors de déterminer les techniques photographiques à adopter pour rendre compte de son potentiel architectural.

En photographie d’architecture, il est important d’avoir l’oeil partout et de faire attention aux détails. Une poignée de porte originale ou un mascaron ancien, par exemple, sont des éléments architecturaux intéressants à exploiter, notamment pour des photographies immobilières. À vous de trouver le détail qui fait toute la différence et de mettre en oeuvre votre talent de photographe pour révéler votre sujet.

2. Mettre en scène son sujet

Pour que votre photographie d’architecture soit réussie, faites attention à la lumière !  Selon l’orientation du bâtiment, son emplacement ou ses dimensions, l’exposition au soleil sera différente. Vous devez donc bien choisir le moment de la journée durant lequel vous prendrez en photo votre sujet pour qu’il soit le mieux éclairé possible. Pour une photographie de nuit,veillez à choisir un bâtiment parfaitement éclairé et, si besoin, faites quelques retouches en post-traitement.

Jouer avec les éléments environnants peut aussi être intéressant pour faire de belles photographies. Par exemple, le reflet d’une architecture ancienne dans le vitrage d’un bâtiment moderne peut être la cible de votre objectif ! De plus, la présence d’une ou plusieurs personnes en mouvement sur vos photos peut faire la différence. L’intérêt : rendre compte de la grandeur du bâtiment et accentuer les perspectives, comme on peut le voir sur cette photographie de Lyon, cours des Voraces.

Cours des voraces à Lyon

3. Choisir le bon objectif

Selon le bâtiment que vous voudrez prendre en photo, vous n’utiliserez pas le même objectif. L’angle de champ varie en fonction de la volonté du photographe.

En effet, si vous voulez photographier un panorama ou que vous voulez prendre un cadrage large d’objets rapprochés dont vous ne pouvez vous éloigner suffisamment, vous opterez pour un objectif grand angle. Il est idéal pour amplifier les perspectives et rendre compte de la profondeur de champ, comme sur ce cliché d’une séance photo à Lyon, gare Saint Exupéry.

Gare Saint-Exupery à Lyon

En revanche, pour un angle de champ réduit et une perspective plus écrasée, vous utiliserez un objectif de longue focale. Lorsque vous souhaitez prendre en photo des sujets trop éloignés et que vous ne pouvez vous en rapprocher, le téléobjectif est votre allié.

Ainsi, pour choisir les objectifs que vous allez utiliser lors de vos séances photo, vous devez prendre en compte :

  • la distance qui vous sépare du sujet
  • la luminosité du lieu (un objectif de longue focale rétrécit le champ lumineux)
  • les caractéristiques du sujet (symétries, profondeur, hauteur…)

4. Opter pour la bonne prise de vue

Après avoir choisi les différents objectifs pour votre appareil, vous devrez opter pour la prise de vue la plus adaptée au bâtiment capturé.

Plusieurs prises de vue sont possibles. Deux lignes axiales sont à prendre en compte pour déterminer le bon angle de vue : les lignes horizontales et verticales de l’optique et du sujet. Ainsi, différentes  prises de vue se dégagent en fonction de la position de votre appareil :

  • frontale (angle nul) : les symétries et échelles sont conservées. Il s’agit d’un point de vue neutre qui donne un rendu objectif du bâtiment mis en image.
  • plongée et contre-plongée : La plongée est l’angle de vue qui place le photographe au-dessus de son sujet. À l’inverse, la contre-plongée est un axe de prise de vue du bas vers le haut. Elle donne un rendu subjectif qui rend compte du bâtiment tel qu’il  est perçu à hauteur d’homme. Ainsi, la grandeur de ce dernier est accentuée.
  • de ¾ et profil : les angles verticaux permettent de jouer avec la lumière et dévoilent des aspects qui ne sont pas visibles sur une image frontale. Une prise de vue de ¾ est intéressante pour photographier des bâtiments longs aux compositions complexes. Pour les architectes, les différents angles de vue sont effectivement importants.

Musée de Confluence à Lyon

Sur cette image, la contre-plongée et la présence humaine à côté du bâtiment le rendent particulièrement imposant. Le décentrement permet de dévoiler davantage le sujet, ses perspectives et l’originalité de sa structure qui accentuent le jeu de symétries.

Pour une photographie d’architecture, la contre-plongée et la prise de vue frontale sont souvent utilisées, contrairement aux prises en plongée qui sont plus courantes dans des reportages vidéos ou au cinéma.

5. Post-traitement

Le post-traitement est l’ultime étape, et non des moindres, pour obtenir des photographies parfaites ! C’est lors de celle-ci que vous corrigerez les défauts de vos images (lumière, netteté, poussières…) et les retravaillerez selon vos objectifs artistiques.

2017 11 07 07.12.49 1

Ici, par exemple, la lumière n’était pas assez équilibrée pour obtenir sur l’image une bonne harmonisation des contrastes. Le choix de la contre-plongée étant un obstacle supplémentaire, il a fallu opérer un rééquilibrage en post-traitement pour ne pas faire de concession sur la direction artistique donnée à la photographie.

Vous l’aurez compris, la maitrise de la technique est un passage obligé pour se lancer dans la photographie d’architecture. Cependant, la réalisation d’une photographie dépend en grande partie de la patte des différents photographes et du parti-pris de ceux-ci. C’est alors la créativité du photographe qui fait d’une image un cliché original et unique.